Roadtrip de 10 jours en Sicile

Ce roadtrip de dix jours en Sicile fut très intense et riche en découvertes. Le but de notre voyage fut avant tout de partir à la découverte du patrimoine sicilien et des modes de vie locaux. Cette île italienne dont la superficie est quasiment comparable à celle de la Bretagne, regorge de joyaux et d’endroits tous aussi beaux les uns des autres.

Nous avons choisi de partir entre la fin du mois de mai et début juin afin d’éviter la horde de touristes ainsi que la chaleur trop intense, même si les températures atteignent déjà les 30 à 35°c à cette période. Les prix des hébergements sont également moins élevés qu’en haute saison, ce qui est tout à notre avantage. Nous avons choisi de passer par Airbnb et Booking, et sommes restés une à quatre nuits dans chacune des cinq locations choisies, dont les adresses sont précisées sur la carte ci-dessous et que vous pouvez donc retrouver facilement.

Dans un premier temps, nous partagerons avec vous notre carnet de route complet, puis tous nos conseils en fin d’article.

***

Après plusieurs mois de réflexion concernant le parcours que nous allions effectuer, nous parvenons à déterminer tous nos points de passage (voir la carte ci-dessous). Notre idée fut donc d’effectuer une boucle d’Est en Ouest depuis Catane, ville par laquelle nous sommes arrivés et partis par avion, de traverser le centre de l’île pour rejoindre la côte au Nord-Ouest avec notamment Palerme, la capitale régionale, puis de redescendre par le Sud pour finir avec la belle Syracuse. Pour cela, c’est depuis l’aéroport même que nous sommes allés récupérer notre voiture de location réservée au préalable.

Jour 1 : Arrivée à Catane

Nous arrivons en soirée à l’aéroport de Catane et partons en direction de notre logement situé à Acireale, à une trentaine de minutes de là environ. Très bel appartement pour cinq personnes, sous les toits d’une bâtisse pleine de charme située sur la Corso Umberto, une des artères principales de la ville. Deux lofts séparés à l’intérieur, un de deux et l’autre de trois personnes, chacun avec cuisine et salle de bain séparées. Cour intérieure très chaleureuse et terrasse très sympathique. Nous y resterons pour deux nuits.

***

Jour 2 : Excursion sur l’Etna & Taormina

Ce matin nous partons marcher sur le plus grand volcan d’Europe et encore très actif : l’Etna. Après plus d’une heure de route, nous arrivons au Refuge de Sapienza sur le flanc Sud du volcan, à partir duquel la visite des cratères s’effectue. Nous choisissons de prendre le forfait au prix de 64€ comprenant le funiculaire du refuge à Montagnola (2500 m), la montée en bus 4×4 jusqu’à Torre del Filosofo situé à 3000 m, et la visite des cratères de 2001-2003 par un guide. Le prix paraît élevé aux premiers abords mais l’excursion vaut vraiment le coup. C’est selon nous la visite à faire absolument lors d’un voyage en Sicile ! On assiste à un paysage vraiment lunaire là-haut. Prévoir de bonnes chaussures et une polaire, la température s’avère plus fraîche qu’en-bas. On observe d’ailleurs de la neige à certains endroits. Nous voyons des fumerolles s’échapper un peu plus en altitude. Les cratères sont vraiment impressionnants. En marchant autour d’eux, le guide nous montre un petit trou sur le sol ; nous pouvons sentir la chaleur du volcan en y passant notre main à l’intérieur !

***

Nous continuons la journée par la très belle ville de Taormina perchée sur les rochers. Il n’y a pas d’accès possible en voiture donc obligation de se garer dans les parkings prévus en contre-bas. Le centre-ville a des allures d’un petit Saint-Tropez et regorge de petites ruelles. Les jolies boutiques se trouvent sur la Corso Umberto I qui aboutit à la place du Duomo ainsi qu’à un belvédère offrant une vue magnifique sur la baie. En juin, on fête ici le Corpus Domini où les rues sont tapissées de fresques végétales, composées de fleurs et de graines, dont on assiste à leur confection en direct. Les locaux bordent également leurs balcons de draps et broderies typiques.

Taormina est également connue pour son Théâtre grec, actuellement recouvert d’installations en raison du Festival d’art de la ville qui débute en juin pour se terminer début septembre. Encore une fois, la mer Ionienne nous fait face du haut des derniers gradins.

En fin de journée, c’est vers l’Isola Bella que nous nous dirigeons, toujours dans Taormina. Cette petite île qui compte pas plus d’une maison est accessible les pieds dans l’eau. Un petit coin vraiment charmant qui doit être bondé en été.

***

Jour 3 : Enna & Cefalù

Ce matin, nous quittons Acireale et prenons la route en direction de Palerme, où nous serons ce soir. Nous traversons progressivement le centre de la Sicile, et découvrons des paysages avec beaucoup de relief. De petites montagnes se dessinent un peu partout. Entre les grandes villes, on ne retrouve pratiquement aucune civilisation. Nous sommes entourés de cultures agricoles tout au long du chemin.

Nous faisons un court arrêt à Calascibetta, un petit village en hauteur offrant de très beaux points de vues et arrivons ensuite à Enna au moment du déjeuner. Sous l’avis du Routard, nous partons manger à la Trattoria La Rustica. Un régal ! Des plats typiques comme notamment des recettes à la pistache sont servies. Les assiettes sont très copieuses et les prix défient toutes concurrences. On ne peut que vous conseiller ce chaleureux restaurant !

Nous repartons reboostés et nous nous dirigeons maintenant vers le point culminant d’Enna : le Castello di Lombardia. Ici, c’est une superbe vue à 360° qui nous est offert. On retrouve le joli village de Calascibetta érigé sur sa colline d’où on peut apercevoir l’Etna au loin. Peu de touristes ici, ce qui rend la visite encore plus plaisante.

***

Nous arrivons en fin d’après-midi à Cefalù, une ville en bord de mer très charmante et située au flanc d’une falaise. Sa particularité est d’avoir des maisons bâties littéralement à 5 mètres de l’eau. La vieille ville est très sympathique et sa cathédrale normande est de toute beauté.

***

C’est en soirée que nous arrivons à Palerme. Le quartier où se situe notre logement n’est pas des plus accueillants. Sachez que la ville est très sale, des déchets jonchent le sol un peu partout et les bennes à poubelles débordent. L’hôte nous a réservé une place de parking, c’est autrement très dur de circuler dans la ville et les étrangers ne peuvent pas stationner n’importe où. Les locaux ont une carte spéciale d’autorisation de stationnement. Nous suivons ensuite l’hôte et passons la grande porte d’entrée du bâtiment qui s’ouvre sur une cour. C’est en fait un ancien palais qui a été rénové. Nous sommes agréablement surpris de découvrir un tel appartement derrière ces murs. Nous ne savons pas où donner de la tête. Au total ; une chambre de deux et une autre de trois personnes avec chacune une salle de bain privative, puis une troisième chambre pouvant accueillir jusqu’à quatre personnes avec sa grande salle de bain associée. Un logement qui s’avère donc très spacieux, aux couleurs sobres et décoré avec goût.

***

Jour 4 : Palerme

Notre programme de cette nouvelle journée est consacrée à la visite de Palerme, que nous effectuerons totalement à pieds, l’appartement étant situé dans le centre et donc très près des lieux d’intérêts. Nous choisissons de parcourir la ville d’ouest en est (voir la carte ci-dessous), afin de rejoindre le port et le bord de mer en fin de journée. Palerme compte d’innombrables monuments d’intérêt, nous avons donc fait le choix et pris le temps d’en visiter certains en particulier plutôt que d’autres en fonction de nos envies personnelles.

Nous nous mettons en chemin et traversons le marché du quartier de l’Albergheria, qui commence au niveau de la Chiesa del Carmine, à seulement quelques mètres du logement. Très animé, klaxons de tous les côtés, attention aux scooters qui vous frôlent ! Nous arrivons devant la jolie Chiesa di San Giovanni degli Eremiti, dans laquelle nous ne rentrerons pas.

***

Nous continuons en direction du Palazzo dei Normanni et de sa superbe Cappella Palatina. Très bel édifice avec fortification arabe datant du 9ème siècle et qui fut ensuite plusieurs fois remanié notamment par les rois normands au 12ème siècle. Il est aujourd’hui le siège du parlement sicilien. Nous avançons vers la cour centrale entourée de trois étages bordés de colonnes et pénétrons dans la splendide chapelle palatine complètement recouverte de mosaïques sur fond d’or. Un chef-d’oeuvre ! Nous ne savons où donner de la tête. On retrouve la figure du Christ Pantocrator, présente dans une grande partie des cathédrales de Sicile, ainsi que les épisodes de la Bible sur les murs latéraux représentés avec beaucoup de détails. Le plafond de bois sculpté en labyrinthes nous rappelle l’architecture islamique. Les appartements royaux étant fermés ce jour-là (les mardis et jeudis), nous n’avons malheureusement pas pu les visiter.

***

Nous faisons ensuite une petite escapade aux jardins situés juste à côté en sortant, puis passons par la Porta Nuova sculptée de figures étonnantes et grimaçantes, d’où commence la Via Vittorio Emanuele, grande rue piétonne qui traverse le centre et rejoint le port. Sur notre droite, la Villa Bonanno offre un grand jardin de palmiers et vue sur une autre façade du Palais des Normands.

***

Quelques mètres plus loin, nous pouvons enfin poser nos yeux sur la magnifique Cathédrale de Palerme qui tire son origine d’une mosquée sur laquelle elle fut bâtie. Plusieurs styles se retrouvent, montrant les différentes religions qui se succédèrent dans la ville. On peut noter une grande influence arabo-byzantine sur le côté orienté à l’est. Préparez-vous bien à la visite des toits car l’accès se fait par un escalier en colimaçon très étroit de plusieurs dizaines de marches, on peut vite avoir un coup de chaud mais tenez-bon, ça vaut vraiment le coup d’œil ! D’ici on peut voir plusieurs coupoles, Palerme étant bien connue comme une ville regorgeant d’églises. On peut également voir l’importante chaîne de montagnes qui entoure la ville, nous rappelant ainsi que la Sicile est une île forte en relief.

***

Nous arrivons au point central de la ville, Quattro Canti, un carrefour situé au croisement des Via V. Emanuele et Via Maqueda, entouré de bâtiments aux façades concaves ornées de fontaines, colonnes et statues représentant des figures siciliennes emblématiques. Juste à côté, sur la Piazza Pretoria, on retrouve également une grande fontaine surmontée de statues, toute faîte de marbre.

***

Arrivés à l’heure du déjeuner, nous partons manger à « Ke Palle » sur la Via Maqueda, toujours sous les conseils du Routard. Il s’agit d’un petit restaurant sous forme de boulangerie, qui propose des arancini ; des boulettes de riz panées avec différents aliments au choix à l’intérieur, salées ou sucrées. Très consistantes et servies avec des frites, une ou deux suffisent ! Le prix à l’unité tourne autour des 3€, très abordable donc. L’on y mange ‘sur le pouce’, à emporter ou sur les quelques tables hautes aménagées à l’extérieur.

***

Après ce repas copieux, nous repartons en direction du Palazzo Mirto, un ancien palais privé qui appartenait à la famille Filangeri qui fut légué à la ville au début des années 80. Seul un couple et nous sommes là pour la visite, un bonheur de l’effectuer ainsi et de profiter pleinement du patrimoine. On y découvre un très grand nombre de pièces avec le mobilier d’époque et des objets d’exception. Un petit guide intéressant en français nous est fourni pour le temps du parcours et nous permet de visualiser correctement les pièces. On découvre également d’anciennes photos des membres de cette noble famille qui vivait dans ce somptueux palais. La personne responsable du bon déroulement des visites nous arrête un moment et nous fait passer de l’autre côté d’une barrière, où nous arrivons alors dans une pièce dont on observe une large ouverture au plafond. De manière improbable, il tend le bras en direction d’un mur et le tire vers lui. C’est là que nous découvrons un passage secret derrière ! C’est en fait une toute petite pièce. Il s’agit en réalité d’une sorte de ‘Chambre des secrets’ : l’ouverture du plafond de la pièce principale rejoint celui de la pièce cachée, ce qui permettait donc à la personne cachée d’écouter les paroles dîtes venant de la pièce principale ! Très belle visite qui se finit par les écuries où les noms des chevaux sont encore inscrits sur des plaques, dans leur box respectif. On y découvre également d’imposants carrosses.

***

Nous terminons la journée par le Museo internazionale delle Marionette Antonio Pasqualino où nous découvrons une étonnante et très riche collection de pupi, des marionnettes typiques du sud de l’Italie. Des spectacles sont également organisés au musée.

***

En sortant, nous partons rejoindre le port et passons par la Porta Felice. Après avoir flâné quelques minutes le long du port, nous repartons en direction de l’appartement. Ce fut encore une très belle journée, riche en jolies découvertes.

***

Jour 5 : Monreale, Segeste & Erice

Ce matin nous faisons route vers Monreale, situé à 7km seulement au sud-ouest de Palerme. L’accès est également difficile en voiture donc il est nécessaire de se garer dans le grand parking en contrebas. L’objet de notre arrêt est la cathédrale dont l’agencement intérieur et ses décorations rappellent celle de la chapelle palatine, ainsi que son très beau cloître aux colonnes ornées de mosaïques.

Le midi nous cherchons un petit restaurant sympa et choisissons « Le Barrique » situé juste derrière la cathédrale, sur la via Arcivescovado. Ce fut une très belle découverte, nous repartons le ventre plein pour moins de 10€ chacun.

***

En milieu d’après-midi, nous prenons la route pour Erice, là où nous passerons la nuit ce soir. En chemin, nous traversons Segeste et passons tout près du parc archéologique avec son temple dorique dominant le paysage. Nous décidons de ne pas partir en visite. Nous avons prévu de faire la Vallée des Temples à Agrigente dans deux jours et ces derniers seront tout aussi impressionnants à notre sens, voire même plus. Nous préférons donc continuer la route.

Nous arrivons en soirée à Erice, petit village médiéval perché lui aussi en hauteur. Notre hôtel, la Villa San Giovanni est idéalement situé. Une de nos chambres possède un grand balcon qui fait l’angle du bâtiment, ce qui nous offre une splendide vue sur les terres siciliennes et la côte au loin, avec ce gros rocher face à nous. Nous lâchons la voiture et partons découvrir les petites ruelles piétonnes. On se couvre un peu, il y a énormément de vent ce soir. L’altitude y est pour quelque chose. Le Castello di Venere domine le rocher et de ce côté du village, nous avons également vue sur les belles îles Égades. Ce soir c’est « La Pentolaccia » que nous avons choisie, une des plus vieilles adresses du Routard, qui propose des plats traditionnels de qualité entre 7 et 13€. Nous sommes énormément surpris de découvrir que le restaurant est quasiment complet ; contraste total avec la faible activité rencontrée dans les rues quasiment désertes. Des personnes attendent même dehors que des tables se libèrent. Nous ne serons pas déçus du service.

***

Jour 6 : Trapani & Eraclea Minoa

Aujourd’hui nous redescendrons par le sud et longerons la côte jusqu’à Zingarello, petit village situé près d’Agrigente, où nous dormirons ce soir.

Nous montons en voiture et descendons les petites routes de montagne. En contre-bas d’Erice, nous faisons un arrêt aux marais salins de Trapani. Un téléphérique permet d’ailleurs de relier les deux villages.

***

Nous ne tardons pas et faisons ensuite un arrêt sur une plage de Sciacca le temps du midi. Plus loin, nous découvrons sur le trajet la belle plage d’Eraclea Minoa. Peu de touristes encore une fois. Nous entamons une petite balade au bord de l’eau où nous irons jusqu’au pied des grandes falaises blanches au bout de la plage. On part alors à la recherche d’argile, une amie nous ayant indiqué que l’on pouvait en trouver ici. Une personne nous ouvre le chemin, elle semble connaître le coin et être venue pour la même chose que nous. Après plusieurs minutes de marche sur les galets mouillés et à enjamber les différents rejets de la mer, nous ne pouvons aller plus loin. C’est alors que nous nous mettons à regarder partout autour de nous. C’est au sol, juste au pied de la roche, que nous découvrons comme une source naturelle d’argile. C’est avec l’eau qu’elle se modèle et que l’on peut la manipuler. On décide d’en appliquer sur nos visages et corps en guise de masque. Un vrai ‘bain de boue’ ! Après l’avoir laissé sécher à l’air libre durant plusieurs minutes, on part se jeter à l’eau. On ressort avec la peau totalement purifiée !

***

Après avoir passé une bonne partie de l’après-midi ici, nous arrivons en soirée à Zingarello. La maison ne s’avère pas aussi confortable et fonctionnelle que les autres logements que l’on a pu faire, mais son emplacement près de la plage est idéal. Nous n’y resterons que pour cette nuit.

***

Jour 7 : Agrigente

Ce matin nous partons à la Vallée des Temples. Un site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco vraiment exceptionnel ! On décide de suivre les conseils de notre guide et d’effectuer la visite d’est en ouest, pour ainsi descendre toute la vallée. On découvre sur cette longue crête la succession de monuments, dont l’impressionnant tempio di Concordia (soit temple de la Concorde) ; un sanctuaire dorique du Vème siècle av. J.-C incroyablement bien conservé ! Nous arrivons plus loin sur le tempio di Ercole (temple d’Hercule ou d’Héraclès) avec ses huit colonnes restantes, puis sur le tempio di Giove (temple de Zeus) et le tempio dei Dioscuri (temple des Dioscures, ou de Castor et Pollux) reconnaissable de par quatre colonnes qui ne forme plus qu’un angle.

***

Notre prochain et dernier logement pour les quatre nuits restantes se situe dans une résidence de bord de mer à Castelluccio, entre Catane et Syracuse. En chemin, cet après-midi nous voulions nous arrêter à Piazza Armerina afin de visiter la Villa romana del Casale, une grande maison romaine du IVème siècle regorgeant de magnifiques mosaïques et inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. Notre programme fut cependant quelque peu chamboulé ; à l’heure du midi, nous nous arrêtâmes sur un bord de route pour pique-niquer et nous entendîmes d’étonnants bruits, tels de petits cris. C’est là que nous vîmes un petit chiot mal en point sortir des broussailles juste à côté. Nous ne pouvions le laisser-là. Nous avons donc cherché et trouvé un vétérinaire en continuant la route, et avons passé l’après-midi avec ce petit bout de chou afin de s’assurer qu’il allait trouver une famille qui pouvait l’accueillir. Après l’avoir laissé entre de bonnes mains, nous ne disposions plus assez de temps pour aller faire la visite. Nous faisons donc un trajet sans arrêt jusqu’à Castelluccio.

***

Jour 8 : l’île d’Ortigia à Syracuse

Au beau matin, nous découvrons l’incroyable vue que nous avons de la maison. Catane et l’Etna nous font face. Accès direct à la mer juste en contre-bas et piscine en commun avec plusieurs logements. C’est encore une fois appréciable car peu de maisons sont habitées à cette période, nous pouvons profiter de cet endroit comme il se doit.

Nous entamons notre après-midi détente et partons ensuite à Syracuse afin de visiter son centre historique situé sur l’île d’Ortigia. Encore une fois, difficile de circuler en voiture dans le centre, le mieux est de partir l’explorer à pied. Nous choisissons donc de nous garer dans le grand parking situé le plus au Nord. Nous passons devant les ruines du tempio di Appollon, 1er temple dorique de Sicile datant du VIème siècle av. J.-C. Il n’a rien d’exceptionnel comparé à ce que l’on pu voir précédemment. Très étonnant d’ailleurs de découvrir de tels vestiges au milieu de constructions modernes, ce qui dénature un peu le contexte historique.

Beaucoup plus de touristes ici à Syracuse, nous apercevrons d’ailleurs la belle Sophie Ducasse alias Tiga, à la terrasse d’un café. On continue de déambuler dans les petites ruelles. Les façades des maisons ont vraiment du charme. On rentre dans des boutiques typiques très sympas. Au soleil couchant, nous rejoignons le bord de mer. Les couleurs sont splendides.

***

Jour 9 : Noto

Après une matinée de farniente à la piscine, nous nous mettons en route vers Noto, une des villes siciliennes représentant le baroque par excellence. Les lieux d’intérêt se concentrent autour de deux rues parallèles : le Corso Vittorio Emanuele III et la Via Cavour. On découvre un grand nombre d’églises et de palais au fil de la balade. La Cattedrale San Nicolò est tout simplement majestueuse. On retrouve ici aussi les jolies façades typiques ornées de balcons.

***

Jour 10 : Parc archéologique de Syracuse & excursion à la Riserva Cavagrande del fiume Cassibile

Ce matin nous partons à Neapolis, un quartier de Syracuse où se situe le parc archéologique de la ville. Le billet donne accès à plusieurs monuments. L’église San Nicolò dei Cordari est très petite, elle ne présente pas beaucoup d’intérêt selon nous. L’amphithéatre romain est un des plus grands d’Italie, mais aucun entretien n’est fait et toute la végétation recouvre la pierre, dommage donc de laisser quelque peu ce monument à l’abandon. L’autel d’Hiéron II est à voir mais ne présente rien d’exceptionnel non plus. Concernant le théatre grec, il est totalement recouvert d’installations métalliques en raison du festival de tragédies classiques qui se déroule de mai à mi-juillet. La visite de ces édifices s’est donc avérée très rapide, nous sommes assez déçus. Ce que nous avons le plus apprécié tout de même est la découverte des latomies et notamment de celle surnommée l’Oreille de Denys. Cette cavité est une ancienne carrière dont les pierres étaient utilisées à la construction des temples notamment. Elle fait 63 mètres de long et mesure près de 23 mètres de haut ! Un endroit où il y a donc beaucoup d’écho et avec lequel on peut s’amuser.

***

Nous prenons maintenant la direction d’Avola afin de rejoindre la réserve Cavagrande. Après de longues minutes de petites routes de montagnes à en avoir le tournis, nous finissons par arriver au sommet de la montagne où débute l’excursion. C’est la riviève Cassibile qui a en fait creusé cette sorte de canyon. L’entrée du petit sentier nommé « scala cruci » de presque 600 marches est officiellement fermée en raison du risque d’incendie dans la région, mais tout le monde passe par dessus et des cagettes ont même été mises en place par les gens du coin. D’en-haut on peut voir les laguetti situés tout en bas du canyon, des sortes de cuvettes naturelles où s’écoule la rivière ponctuée de cascades. Un vrai petit paradis qui nous attend. Prévoir de bonnes chaussures de randonnée ainsi que beaucoup d’eau. Le mieux selon nous est de partir de bon matin ou en fin d’après-midi afin d’éviter la chaleur étouffante. On s’apprête à commencer la descente. Elle nous aura pris environ 45 minutes. Coin fabuleux en arrivant, on n’a qu’une hâte, sauter dans l’eau ! La montée au retour est cependant très rude et sportive, comptez plus d’1h. Notre cœur bat la chamade. On s’arrête plusieurs fois pour s’hydrater. A l’arrivée, un petit brumisateur nous attend, posé au sol sûrement par les personnes d’à côté. Après l’effort, le réconfort. On s’attable et commandons une boisson au petit restaurateur qui surplombe le canyon. Quelle vue ! Cette journée fut des plus éprouvantes.

***

+ Comme pour beaucoup de destinations, partir hors-saison vous offre plusieurs avantages, surtout au niveau du prix des billets d’avion et des logements. L’affluence des touristes sera bien sûr moindre et la chaleur également, vous profiterez donc mieux de vos vacances.

+ S’armer d’un ou plusieurs guides. Nous partons toujours avec le Routard qui est vraiment très complet et qui nous donne tous les conseils, bons plans et renseignements dont nous avons besoin. Vous pourrez même avoir une réduction dans certains restaurants mentionnés sur présentation du guide. Le Guide Vert nous a également aidés et nous a particulièrement été utile pour comprendre les mosaïques et fresques que nous voyions dans les églises par exemple. Il est très explicatif sur ce point et présente même des plans détaillés, notamment de l’intérieur de la chapelle palatine, ce qui était très appréciable pour comprendre les représentations que nous avions devant les yeux.

+ Il existe des billets groupés pour les visites des principaux lieux d’intérêt et également des prix réduits pour les 18-25 ans, presque moitié prix pour certains sites. Pensez donc à présenter votre carte d’identité à l’entrée.

+ Les parcs et musées nationaux sont gratuits les 1ers dimanches de chaque mois. Répartissez donc bien vos visites afin de pouvoir diminuer votre budget.

+ Pensez à avoir sur vous quelque chose pouvant couvrir vos jambes et épaules si vous voulez visiter les églises. Si ce n’est pas le cas, vous serez dans l’obligation dans certains lieux d’acheter une sorte de cape à l’entrée.

+ Attention, si comme nous vous voulez louer une voiture, les cartes de débit ne sont en général pas acceptées. C’est une carte de crédit qui vous sera demandée. D’ordinaire, nous utilisons le terme de « carte de crédit » pour la carte que nous possédons, mais il en existe en réalité deux types. Regardez donc bien ce qu’il y a d’inscrit sur votre carte bleue. Sinon renseignez-vous auprès de votre banque. Pour mieux comprendre ce point, nous vous conseillons de lire cet article et celui-là pour plus de précisions.

+ Attention également, suivant les loueurs, il vous faudra rendre la voiture avec le plein d’essence ou bien vide. Si votre jauge d’essence est trop élevée au moment de la remettre alors que vous deviez la rendre vide, vous devrez payer une taxe en plus. Allez comprendre la logique…

+ Les loueurs sont intelligents, ils vous prêtent des voitures flambant neuves et vous alignent à la moindre rayure au moment de la rendre. La note peut donc être salée en toute fin de séjour. Nous vous conseillons de prendre au moins la première assurance qui est en général proposée, celle « anti-rayures », ou bien de faire très attention à votre carrosserie.

+ Le forfait de location peut comprendre un kilométrage illimité ou bien un nombre de kilomètres défini en fonction de l’itinéraire que vous avez prévu de faire. Dans ce cas, si vous effectuez des kilomètres supplémentaires, ils vous seront facturés et l’addition peut vite monter. Calculez donc bien votre itinéraire et choisissez la formule adéquate.

+ Que ce soit en ville ou sur les grands axes, les Siciliens ne connaissent pas vraiment l’entretien des routes. Disons-le également ; c’est vraiment l’anarchie. C’est celui qui force le passage qui passe, peu importe le code de la route. Donc encore une fois, attention à votre voiture. Un gros point positif tout de même ; les autoroutes ne coûtent vraiment pas cher, compter seulement quelques euros pour les longs trajets et des portions sont même gratuites.

***

Ce roadtrip se termine ici. Ce fut l’un des plus beaux voyages que nous ayons pu faire. N’hésitez pas à utiliser l’espace commentaires pour d’éventuelles questions ou précisions. Sinon vous pouvez toujours nous contacter via le formulaire .

A très vite pour de nouvelles aventures (: !

3 Comments

  1. Votre description et vos photos donnent très envie d’y aller ! je prépare mon tour de la Sicile, je voulais savoir quel est le nom de votre résidence à Castelluccio (il fait rêver) ? 🙂

    1. Bonjour Marie,
      Je vous remercie 🙂 ! Je n’avais pas effectué la réservation du logement personnellement, je n’ai plus son nom en tête, en revanche je peux vous donner les coordonnées exactes de la maison où nous étions : 37.309255, 15.123965 Vous pouvez la trouver facilement sur Google Maps et vous verrez qu’autour il y a quelques résidences qui proposent sensiblement les mêmes prestations 😉
      Je vous souhaite une très bonne découverte de la Sicile et un très bon voyage 🙂 !

      Roxane,
      Fondatrice de Soif d’Explorations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *